Accueil Animation et motion design A l’origine de l’animation “papier découpé”, Lotte Reiniger !

A l’origine de l’animation “papier découpé”, Lotte Reiniger !

par David
Lotte Reiniger, inventrice de la caméra multiplan, et de l'animation cut-out, ou de papier découpé

Petit hommage aujourd’hui à une grande artiste, à l’origine d’une technique d’animation revenu à la mode depuis quelques temps, le “cut-out”, ou papier découpé. Vous en avez forcément vu, et notamment dans les pub SFR d’il y a plusieurs années, je vous rafraîchi un peu la mémoire:

Une technique utilisée aussi dans quelques dessins animés que regardent vos enfants le matin, et rendu plus facile à mettre en oeuvre par le passage à l’informatique (et oui, évidemment, ça fait un bon moment qu’on ne découpe plus des morceaux de papiers pour les animer image par image devant un appareil photo … certains le font encore par amour du dessin animé traditionnel, et pour notre plus grand plaisir ! ).

Sous After Effect, vous pourrez aisément reproduire l’effet “papier découpé”, en utilisant l’excellent plugin DuDuF IK Tool , c’est gratuit, et c’est français (cocorico !). Vous pourrez créer des squelettes, ou du moins des chaines IK qui vous permettrons d’animer beaucoup plus facilement vos marionnettes. Merci au développeur pour ce plugin, que j’utilise pas mal en ce moment ! On attend avec impatience la version 14 !

L’invention du “cut-out”

Faire de l’animation avec son ordi, c’est déjà pas mal, mais croyez moi, c’est bien peu comparé à ce que Mme Reiniger à mis en place il y a presque 100 ans en posant les bases de ce type d’animation. La technique, comme dans beaucoup d’autres techniques d’animation traditionnelle, est très simple: de simples personnages découpés dans du papier, ou plutôt, chaque membre est découpé séparément de manière à pouvoir être articulé. Les membres sont assemblés les uns aux autres grâce à des attaches parisiennes, permettant ainsi le mouvement, à la manière d’une marionnette.

L’invention de la camera multiplan

Une camera était disposée verticalement, filmant au dessus d’une table comportant un large trou. Ce trou était recouvert d’une vitre, puis d’un papier transparent sur lequel était disposé les marionnettes de papier. Un système rudimentaire, mais qui donnera de grandes idées à Dysnée (à qui on attribue à tord l’invention de la fameuse camera multiplan … il n’a fait qu’adapter et perfectionner l’invention de l’allemande Lotte Reiniger, qui a elle-même repris l’idée du banc titre).

L’animation traditionnelle, un travail d’orfèvre

La suite, vous la connaissez surement … Un travail minutieux, long, et un résultat magique ! L’informatique a permis “l’interpolation de mouvement”: un point clé sur une frame, un autre quelques frames plus loin, et le mouvement entre les deux se fait (presque) tout seul (je vous ai expliqué plus en détail la méthode dans l’article précédent). Évidement, les méthodes d’animation traditionnelle ne permettent pas celà: chaque image doit être photographiée. Et entre chaque image, le mouvement doit être parfaitement recréé. Une image, on bouge un peu les membres du personnage, on photographie … deuxième image, on rebouge encore un peu, et on reprend une photo, et ainsi de suite. Et à l’époque, pas de système de pelure d’oignon pour contrôler par transparence les photos d’avant et prolonger le mouvement dans sa continuité … On était sur de la pellicule, pour voir le résultat, il fallait développer. C’était à chaque fois la surprise, bonne ou mauvaise… Imaginez la difficulté ! Je vous le rappelle, au cinéma, on a 24 images/secondes … Et Lotte Reiniger n’a pas fait du manga, elle n’a pas triché en réduisant le nombre d’images par secondes.

Les Aventures du prince Ahmed

LE grand chez d’oeuvre de Lote Reiniger, qui est aussi le plus ancien long métrage d’animation conservé, ce film par lequel elle s’est fait connaitre pour sa technique particulière, cette animation de silhouette, d’ombre chinoise et la poésie qu’elle dégage. Une vrai prouesse technique pour l’époque (et qui en reste une presque 100 ans après). Une oeuvre qui lui a pris 3 ans de sa vie, de 1923 à 1926. 65 minutes de films, pas loin de 100 000 images, et un film qui reste une référence pour ce qui est de la finesse du mouvement, et une fluidité incroyable en rapport avec les moyens employés. N’importe qui a ce qu’il faut pour pouvoir faire ça chez soi, mais tout le monde n’en aura pas la patience ni le talent.

Pour en juger, voici le film dans son intégralité, je vous ai fait une playlist de toutes les parties du film (version allemand, mais ça dérange pas pour un film muet 😉  ) mise bout à bout, régalez vous:

Voilà de quoi faire rêver, et pourquoi pas, se lancer dans une aventure pareille … Qu’en pensez vous ?

Recevez GRATUITEMENT

MES 15 CONSEILS POUR REUSSIR VOS FILMS EN STOP-MOTION

Inscrivez vous MAINTENANT !

 


 

You may also like

2 commentaires

Hugo RdC 23 février 2015 - 13 h 43 min

Bonjour!
Supers articles très très instructifs!
Merci beaucoup 😉

Répondre
Gaou 1 mars 2015 - 17 h 20 min

Merci à toi 😉

Répondre

Laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite