5 manières de cacher un plan sur plan (jump cut) ! - .::Gaouprod::.
Accueil Montage et Effets Spéciaux 5 manières de cacher un plan sur plan (jump cut) !

5 manières de cacher un plan sur plan (jump cut) !

par David

Si vous faite des interviews pour du reportage ou du documentaire, vous êtes forcément confrontés à la problématique de devoir cacher les coupes que vous avez faite dans votre rush pour simplifier et raccourcir le message de la personne que vous avez interrogée.

De la même manière pour une scène de dialogue dans votre film, vous pouvez avoir envie après tournage de supprimer une partie de ce dialogue pour le raccourcir ou pour changer un peu l’intrigue (cela a pu arriver sur des longs métrages dont on a fait une version courte, et une version longue, certains dialogues peuvent parler d’une scène qui a finalement été supprimée au montage).

Il vous faudra alors user de ruse et d’artifice pour masquer le fait que vous avez supprimé une partie de ce dialogue sans que cela ne se soit, toujours dans le but de créer l’illusion de la continuité.

J’ai donc pour vous 5 astuces très simples à mettre en place.

1 Passez à la caméra 2 !

video-943568_1280Si vous filmez à 2 caméras, vous vous enlevez déjà une sacrée épine du pied !

Une caméra en plan large, une autre en plan poitrine, voire gros plan visage, et vous pourrez aisément jongler d’une caméra à l’autre en coupant toutes les hésitations sans que cela ne se voie.

Synchronisez donc vos deux caméras sur votre timeline. Dès qu’il y a une partie de l’interview à supprimer, couper les deux pistes correspondantes aux deux caméras (ou mieux, créez une piste multicam si votre logiciel le permet), supprimer la partie que vous ne retenez pas sur ces deux pistes, recollez les deux bouts, et désactivez (ou placez sur une piste que vous désactivez) le bout de rush de l’une des deux cameras (cela vous permet de pouvoir revenir sur votre montage si vous décidez finalement d’intervertir encore les différentes caméras).

En mode multicam, c’est plus simple, vous n’avez qu’une piste, qui contient toutes vos caméras. Vous cuttez la même piste, et vous décidez de l’enchaînement des caméras à la volée. Vous retrouverez la fonctionnalité multicam sur les logiciels de montage professionnels et quelques logiciels grands publics.

Évidemment, vous n’éviterez pas les problèmes de faux raccords si les yeux, la tête ou les bras sont dirigés différemment d’un plan à l’autre, mais il sera probablement plus acceptable de faire ça que des laisser des gros « euh… hum… qu’est-ce que je disais ? »…

2 Recadrez !

Une technique dérivée de la première astuce, si vous n’avez qu’une seule caméra, consiste à recadrer si vous avez la chance de pouvoir filmer dans une définition plus grande que votre définition de sortie.

Exemple : vous devez livrer un film en HD, vous ne pouvez avoir qu’une seule caméra… Prenez-en une qui filme en 4k !

Comme je l’ai dit dans un précédent article, le grand intérêt est de pouvoir recréer d’autres valeurs de plan à partir d’une seule prise. La 4k étant 4 fois plus grande que la HD, vous pourrez rezoomer dedans au montage pour obtenir de « nouveaux plans ».

2 valeurs de plans différents grâce à une prise en 4K

2 valeurs de plans différents grâce à une prise en 4K

Vous pourrez ainsi alterner plan large et gros plan dans le même axe.

Attention donc au tournage de prendre le plan le plus large dont vous ayez besoin. En 4 k, si vous cadrez un peu au-dessus de la taille, il vous sera toujours possible d’obtenir un gros plan sur le visage en modifiant l’échelle du plan en post production.

Si par contre au tournage, vous êtes déjà en gros plan sur le visage, à part faire un très gros plan en post production sur le nez ou l’œil de votre intervenant, vous n’aurez pas grand chose… Vous ne vous laissez aucune marge…

3 Faites un morphing

Depuis quelque temps déjà, certains logiciels professionnels de montage vidéo proposent un nouveau type de transition : la transition par morphing (morph cut dans Première).

Cet effet va scanner la fin et le début de deux plans qui se suivent pour en repérer les similarités de formes, de couleurs, de manière à recréer des images intermédiaires pour pouvoir passer d’un plan à l’autre de manière fluide en réutilisant ces similarités.

Plus les deux plans se ressemblent, et plus l’effet est réussi, voire invisible pour des yeux non avertis !

Dans le cas de nos plans sur plan (jump cut) où le personnage filmé, le décor, la valeur et l’axe du plan sont identiques, cet effet peut réellement vous permettre de hacher vos rushes sans que cela ne se voie.

Attention cependant, ça ne marche pas à tous les coups ! Et des yeux avisés pourront quand même voir la supercherie.

Si votre personnage lève les bras à la fin d’un plan, et les a déjà contre son corps au début du suivant, le morphing peut donner quelque chose de… bizarre…

4 Illustrez avec des photos ou des vidéos

Ça reste la solution la plus utilisée en reportage.

Vous faite un sujet sur le surf à Biarritz, vous interviewez le champion de surf.

8 minutes d’interview qu’il va falloir réduire à 1’30…

Vous coupez allègrement l’interview, vous êtes bourrés de jump cut… Mais ce n’est pas grave, parce que vous avez pris soin de filmer le champion en pleine action, rentrer dans les rouleaux et surfer sur des vagues énormes. Vous l’avez aussi filmé en train de préparer sa planche, bref, vous avez de la matière a superposer par dessus tous ces jump cut disgracieux. 😉

Cacher un jump cut dans vos montage vidéosIl vous suffira donc d’alterner entre des plans longs (non coupés) de l’interview, et quelques séquences montées de plan d’illustration, ou de photo animées que vous superposerez par-dessus l’interview. On entendra donc l’interviewé parler par dessus de magnifiques images de surf !

Vous pourrez ainsi couper à souhait l’interview, en faisant en sorte que le son soit cohérent et bien monté, que les coupes ne « s’entendent pas ».

5 Utilisez des plans de coupe !

En reportage toujours, prenez soin de faire des plans de coupe.

Après l’interview, n’hésitez pas à détailler votre intervenant avec votre caméra.

Demandez-lui de parler (comme pendant l’interview), et essayez de prendre des plans où on ne verra pas sa bouche. Cela vous permettra de caler ça où vous le souhaitez, et où ça peut « matcher » avec ce qu’il dit dans l’interview.

Par exemple, des plans en mouvements derrière lui, qui passent à l’arrière de sa tête, des 3/4 arrières où on voit juste sa joue bouger, des gros plans de la moitié supérieure de son visage, etc… Vous pouvez aussi filmer ses mains posées sur le fauteuil sur lequel il est assis, ou même ses mains qui bougent en parlant. Vous pouvez aussi jouer avec les ombres, et filmer l’ombre de votre personnage en train de parler. Si la salle dans laquelle vous filmez en dispose, vous pouvez aussi filmer au travers d’une vitre déformante. Et de la même manière, vous pouvez filmer un objet devant la caméra, et flou en arrière plan, votre personnage qui parle.

Tout marche, du moment qu’on ne vois pas la bouche articuler, et que les mouvements corporels correspondent aux intonations et aux paroles de votre intervenant ou de votre personnage.

Ces quelques plans de coupe pourront parfois bien vous dépanner !

 

Vous pourrez être amené à utiliser plusieurs de ces techniques dans le même projet. Certaines seront plus adaptées en fonction du type de projet, de ce qui est dit, et de l’ambiance et des émotions à faire ressortir.

J’espère que ces petites astuces pourront vous aider 😉 et si vous en avez d’autres, n’hésitez pas à en parler en commentaire.

Recevez GRATUITEMENT le guide

MES 15 CONSEILS POUR FAIRE UN MONTAGE VIDEO PLUS PRO

Inscrivez vous MAINTENANT !

 


 

You may also like

8 commentaires

Tania 6 décembre 2016 - 11 h 45 min

Merci David, votre blog est généreux et très enrichissant !

Répondre
lounes 2 octobre 2016 - 10 h 27 min

Bonjour et merci J ajouterai peut etre une chose a propos de l illustration en photos et images .Illustrer par des images du meme personnage interviewe ne passe pas tres bien dans la mesure ou ca discredite l information.Le telespectateur va se dire : il se fout de moi le personnage est en train de ^parler d un cote et je le vois lui meme durant l interview.Puisqu en television meme l information c est du cinema.En Allemagne il est meme interdit de faire ca chez certaines chaines.

Répondre
David 23 octobre 2016 - 18 h 22 min

Disons que tu peux le faire si le personnage fait complètement autre chose en illustration, qu’il est dans un autre décor, dans un autre contexte. Tu utilise son ITW comme une voix off en fait.

Répondre
Mattéo 1 octobre 2016 - 15 h 45 min

Exactement ce dont j’avais besoin merci !!

Répondre
Simon 30 septembre 2016 - 0 h 31 min

Super blog, c’est grâce à vous que j’entretiens ma passion qu’est le montage vidéo ! Merci 😉

Répondre
David 23 octobre 2016 - 18 h 22 min

Merci pour l’encouragement !

Répondre
LIFA 29 septembre 2016 - 22 h 10 min

Merci, on s’améliore toujours plus avec vous

Répondre
David 23 octobre 2016 - 18 h 23 min

Hé hé, Lifa, toujours là !

Répondre

Laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite