Accueil « Nuit Blanche », la magie du slow motion